Accueil » Conseils de lecture

Conseils de lecture

   « Entre la Chine et l’Afrique, la relation est profondément asymétrique » – Thierry Pairault – Novembre 2021

Le Forum sur la coopération sino-africaine de Dakar s’inscrit dans un contexte de révision des rapports entre Pékin et le continent.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/11/26/entre-la-chine-et-l-afrique-la-relation-est-profondement-asymetrique_6103774_3212.html

 

   «La stabilité de l’Afrique garantira la stabilité de l’Europe et vice versa» – Patrice Anato – 29/05/2021

https://www.financialafrik.com/2021/05/29/patrice-anato-depute-francais-la-stabilite-de-lafrique-garantira-la-stabilite-de-leurope-et-vice-versa/

 

 

« L’Afrique est l’avenir du monde » – Carlos Lopes – traduit de l’anglais par Cyril Le Roy – Ed. du Seuil, Mars 2021 – 250 pages, 22 Euros.

L’économiste Carlos Lopes analyse les atouts et les handicaps de l’Afrique. Il décrit une situation économico-politique complexe et les défis que devra relever l’Afrique pour aboutir à un développement harmonieux.

 

   “Making Friends, Building Roads: Chinese Entrepreneurship and the Search for Reliability in Angola” – Cheryl Mei-ting Schmitz – Mai 2021.

Sur la base d’un travail de terrain mené en 2013-2014 avec une entreprise de construction appartenant à l’État chinois de niveau provincial, cet article examine comment les entreprises chinoises ont tenté de se développer au lendemain d’une période florissante de reconstruction angolaise d’après-guerre. Les entrepreneurs chinois ont découvert que les affaires ne pouvaient se faire qu’avec l’aide de médiateurs locaux promettant d’ouvrir des portails autrement inaccessibles à l’opportunité politique. Dans un climat général de méfiance, la « fiabilité » est apparue comme une qualité nécessaire à la construction de relations d’intérêt mutuel et d’exploitation.

 

    « Le dilemme technologique des pays pauvres » – Dani Rodrik – Février 2021

Le développement économique repose sur la création d’emplois plus productifs pour une part croissante de la main-d’oeuvre. C’est l’industrialisation qui a permis aux pays asiatiques de se lancer dans cette transformation. De nombreux pays à faible revenu en Afrique et ailleurs espèrent emprunter une voie similaire à l’avenir. Toutefois, dans les pays à forte intensité de main-d’oeuvre, mais où cette main-d’oeuvre reste peu qualifiée, l’avantage comparatif du coût du travail tend à s’amenuiser car les nouvelles technologies de fabrication supposent une forte montée en compétences. Ces pays sont ainsi confrontés à un vrai dilemme : soit devenir plus productives et compétitives, soit créer plus d’emplois.

https://www.project-syndicate.org/commentary/poor-countries-technology-dilemma-by-dani-rodrik-2021-02/french?barrier=accesspaylog